TQSM – En direct de Partouche

Le désormais traditionnel message « En direct de Partouche », reçu ce jour en début d’après midi. A sa lecture on comprend pourquoi la course au large est si addictive pour celles et ceux qui la pratiquent et si  magique pour celles et ceux qui la suivent!

Partouche, le class40 skippé par Christophe Coatnoan, occupe actuellement la 15ième position de cette Transat Quebec Saint Malo, à un peu moins de 80 milles du leader, IXBlue de Stéphane Lediraison. Après 6 jours passés en mer, entre la remontée du Saint Laurent, la traversée de la Baie de Gaspé et le passage des Bancs de Terre Neuve, la flotte est passée en mode « hauturier ». Fini le temps des waypoint obligés, désormais, c’est cap sur Saint Malo. Mais la route est encore longue. Il reste en effet plus de 1900 milles nautiques à parcourir pour les 25 équipages toujours en course, avant d’apercevoir les célèbres remparts de la citée malouine!

A bord de Partouche, par 46 02 N et 48 31 W, 11hTU Reaching mon amour »

 Si on fait du Class40, c’est sans doute pour ça : cette sensation de puissance unique, quand la machine, calée sur son bouchain, bouffe du mille comme un goinfre. We love reaching ! 25 noeuds de vent, à 70° du vent réel, sous GV haute et trinquette, ballasté et matossé à bloc, Partouche laboure la mer – qui a changé de couleur cette nuit – à plus de 11 noeuds de moyenne.

A l’intérieur, on entend les craquements de la coque qui encaisse sans broncher et les vagues qui viennent frapper le bateau de côté. En fond sonore, le ronronnement – qui vire à l’aigu quand on accélère – de l’hydrogénérateur rythme les surfs. Il pleut, il mouille, mais voilà ce qu’on est venu chercher dans cette option sud. Et, à l’abri sous la véranda du Pogo 40S2, c’est plûtôt confort…

A part ça, tout va bien, ou presque : hier en fin de journée notre spi max a posé une RTT sans autorisation du patron, nous lâchant par l’amure. Verdict d’Etienne, qui connaît le métier depuis la Jacques Vabre : « Réparable ». On s’y colle dès que ça se calme.

Et puis un moment juste incroyable, hier toujours : jounée ensoleillée, à la barre en short, tout d’un coup à l’horizon, sur tribord, de l’écume qui vole dans l’air. En désormais expérimenté navigateur de ces zones baleinières, votre sang ne fait qu’un tour. « Baleine ! ». La voilà : un énorme spécimen qui sonde au même moment. Deuxième souffle, cette fois, c’est sûr, nous sommes en route collision, sous spi à 11 noeuds. Gasp ! Je lofe, j’abats ? On choisit de lofer, en espérant que notre amie n’a pas d’option marche arrière. On est passé, elle n’a pas refait surface. Désolé du dérangement, on ne faisait que passer.

 A bientôt

L’équipage de Partouche »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s